Solar Impulse 2 : retour vers le futur

La première version de cet avion révolutionnaire a prouvé en 2010 – après 10 ans de recherche et développement – que le concept d’un avion exclusivement propulsé à l’énergie solaire était viable. Les premiers vols de test ont permis d’accumuler de nombreuses données sur lesquelles se sont basés les scientifiques et les ingénieurs des 80 sociétés partenaires du projet pour améliorer les performances de l’avion solaire. Ainsi est né Solar Impulse 2, qui doit être capable de traverser le Pacifique en 5 jours en 2014 et d’effectuer un tour de la terre sans escale en 2015.

Avec une envergure de 72 m, soit 9 m de plus que celle du premier avion solaire et une étendue comparable à celle d’un Airbus A 380 ; avec 17 000 cellules photovoltaïques protégées par un film d’encapsulation de quelques micromètres à base d’Halar (un copolymère composé d’éthylène et de chlorotrifluoroethylene) assurant leur flexibilité et s’affranchissant contre tout risque de cassure ; composée de matériaux composites ultra-innovants renforcés de fibres de carbone et intégrant des innovations majeures en matière d’efficacité énergétique, d’isolation, de stockage d’énergie, Solar Impulse 2 a été présenté au public début avril.

 

Fruit de la collaboration entre 80 entreprises – depuis les chimistes Solvay et Air Liquide, jusqu’au fabricant de matériaux innovants Bayer MaterialScience, à l’ascensoriste Schindler, à la société d’horlogerie Omega, en passant par les experts de l’informatique embarquée d’Altran, mais curieusement aucune entreprise aéronautique, à part Dassault Aviation – le projet Solar Impulse 2 capitalise sur un budget de 120 millions d’€ depuis son lancement. Si la première version de l’avion a été démontée, les tests qu’elle aura permis d’effectuer en 2010 et 2011 ont démontré quelques limites imposées par l’utilisation de l’énergie solaire (surtout la nuit). D’où l’extension de l’envergure et du nombre de cellules photovoltaïques, pour un poids total de seulement 800 kg de plus que la première version. Au final, l’avion sera équipé de quatre moteurs électriques de seulement 17,4 chevaux chacun, c’est-à-dire l’équivalent d’un moteur de scooter…

 

Prochain objectif : la traversée du Pacifique en 2014, suivie en 2015 par le premier tour du monde sans escale. Solar Impulse 2 dispose désormais d’un module d’assistance au pilotage, développé par Altran, qui permettra au pilote de se reposer. Bertrand Piccard, l’ingénieur et aventurier Suisse à l’origine de ce projet, recourra par ailleurs à des techniques d’autohypnose pour réussir à dormir, alors que son camarade André Borschberg lui fera appel à la méditation. Pour résister aux écarts de température entre la nuit et la journée (entre -20° et +40°), ils seront équipés d’une combinaison spécialement conçue par le chimiste belge Solvay, en fibres de nylon « intelligentes » (qui stabilisent la température corporelle). Par ailleurs, le siège du pilote est désormais équipé d’un système de toilette intégrée pour plus de confort.

 

Les développements et innovations testées dans cet énorme projet industriels – comme par exemple dans les composants pour les batteries électriques, dans les matériaux composites, dans l’isolation du cockpit – trouveront de nombreux débouchés dans une multitude de secteurs, comme l’automobile ou l’isolation d’habitations. « On peut faire plus que ce que l’on croit et ce projet prouve que l’on peut réussir l’impossible » conclut Bertrand Piccard.

 

Lire les derniers articles de l’Usine Nouvelle sur Solar Impulse

 

En complément :

un article sur la gestion de projets chez Altran
et la liste des partenaires du projet Solar Impulse 2 

 

A lire sur MyProjectCafe :

« Solar Impulse : genèse d’un projet un peu fou »
et « L’ "Ingénieur de l’année" est un Directeur de projets ! »

 

 

© patrice6000 - Fotolia.com

Votre notation : Aucun Moyenne : 4.4 (7 votes)