Le Lean en pratique

Spécialiste français de la fabrication de pièces en matière plastique, Manuplast s’est lancé en 2012 dans une démarche Lean, qui loin de se cantonner à la recherche de la performance professionnelle, vise à l’épanouissement de chaque salarié. Polyvalence, polycompétence et responsabilisation des salariés sont autant de mots clés qui aident l’entreprise à exister sur son marché mondialisé.

On parle souvent du Lean comme d’une démarche de chasse au gaspi. Bien que réelle, cette définition reste partielle. Car au-delà de l’optimisation des processus, les principes du Lean Management  peuvent être poussés un cran plus haut lorsque « l’élément humain » est mis au centre des processus. C’est le cas chez Manuplast, PME française située dans l’Orne, employant 82 salariés et réalisant un chiffre d’affaires de 7,6 M€ (sont 15 % à l’export). Spécialiste de la fabrication de pièces en plastique (emballages, pièces automobiles, sièges, etc.), la société a choisi d’appliquer des principes de développement durable mêlant traque des gaspillages et éco-responsabilité (recyclage) avec formation et dialogue social.

 

Lean à tous les étages

Le Lean Management est au cœur de la politique de pilotage de la direction. Après les cadres et agents de maitrise, ce sont tous les salariés qui bénéficient de sessions de sensibilisation aux principes du Lean, dans le cadre d’un programme baptisé DECLIC (« Déploiement de l’Excellence par les Compétences dans le Lean en Interaction par le Changement »). Au sein de groupes de travail, les équipes apprennent à se connaître, à réagir au changement, à réduire les gaspillages ou processus inutiles, à anticiper le futur, etc.

 

Pour le PDG de Manuplast, DECLIC vise au final à l’épanouissement de chacun des salariés : « La vie est trop courte pour travailler triste ». Il considère que l’innovation passe non seulement par une bonne connaissance de tous les métiers de l’entreprise - point qu’il développe via des programmes de polyvalence et de polycompétences - mais également par le bien être des employés. Son investissement de 210 000€ (co-financé par la Commission Européenne et la Région Basse-Normandie) semble d’ores et déjà porter ses fruits, avec un taux de rejet du programme de seulement 10%.

 

Lire l’article

 

En complément :

des détails sur la démarche « human lean » 

et quelques retours d’expérience sur le Lean Management.

 

A lire sur MyProjectCafe :

« Approche Lean : petit guide de la chasse au gaspi » 

et

« Le lean, facteur de stress ? »

 

© fotogestoeber - Fotolia.com

Votre notation : Aucun Moyenne : 4.4 (11 votes)