Impact écologique d’un projet : une expérience concrète

A l’heure du Grenelle de l’environnement, du développement durable et de la maîtrise des externalités, un projet aujourd’hui ne peut plus s’affranchir de la dimension écologique. A fortiori lorsque c’est un grand projet d’infrastructure. La preuve par l’exemple.

La construction de la ligne à grande vitesse (LGV) Rhin-Rhône Branche Est (tronçon Dijon-Mulhouse) concerne non seulement la France puisqu’il s’agit du premier tronçon à grande vitesse de Province à Province, mais également l’Europe, puisqu’il permettra à terme de relier le territoire national à ceux de l’Allemagne, de la Suisse, de la Grande Bretagne, de la Belgique et plus tard l’arc méditerranéen.

Au-delà de la prouesse technique (140 kilomètres de ligne dont 40% en forêt, budget global de 2,312 milliards d'euros, 85 communes traversées , 6 000 emplois, 30 millions de m³ de déblais soit 4 fois le volume extrait du tunnel sous la Manche,  22 millions de m³ de remblais soit 9 fois le volume de la pyramide de Khéops, 13 viaducs, 1 tunnel de 2 km, 160 ponts, 2 gares nouvelles : Besançon Franche-Comté TGV et Belfort-Montbéliard TGV, 6 000 poteaux caténaires, 600 km de rails, etc.), cette ligne à grande vitesse, dont le premier tronçon (Est) a été inauguré fin 2011, a innové en matière de développement durable.

En effet, les gestionnaires de ce grand projet ont eu à cœur d’y intégrer, dès sa conception, une démarche écologique : préservation de la biodiversité, intégration dans le milieu naturel, bilan carbone, etc.

Cet article explique en détail la démarche de développement durable de Réseau Ferré de France et démontre qu’il est possible aujourd’hui d’engager d’importants travaux d’infrastructure publics tout en respectant l’environnement.

Lire l’article

En complément : l'interview de la responsable Environnement de RFF

 

Crédit Photo : © Scanrail - Fotolia.com

A l’heure du Grenelle de l’environnement, du développement durable et de la maîtrise des externalités, un projet aujourd’hui ne peut plus s’affranchir de la dimension écologique. A fortiori lorsque c’est un grand projet d’infrastructure. La preuve par l’exemple.

Votre notation : Aucun Moyenne : 3.8 (5 votes)