Gestion du temps : 6 conseils tirés du bon sens

L’un des principaux indicateurs de la réussite d’un projet réside dans le respect des délais initiaux. Même si ce n’est pas le seul indicateur, il est essentiel : des retards peuvent se chiffrer en dizaines voire en centaines de milliers d’euros. Quelques conseils pour maîtriser la dimension temporelle.

"Quand il est urgent, il est déjà trop tard" disait Talleyrand et "Plus on dispose de temps pour faire un travail, plus ce travail prend du temps" ajoutait Parkinson. Aux côtés de la qualité et des coûts, le respect des délais est un indicateur très souvent employé pour évaluer la réussite d’un projet. Avec les technologies modernes – partage de calendriers, alertes, vidéoconférences, etc. – on pourrait croire que la gestion du temps est devenue secondaire. Mais les professionnels de la gestion de projets le savent bien : malgré tous les outils à notre disposition, le temps s’accélère inexorablement, et c’est même une caractéristique de notre époque.

Alors, comment mieux gérer le temps que l’on n’a pas ? Deux principes essentiels peuvent nous aider : le principe de Pareto et les enseignements de Parkinson.

Vilfredo Pareto (1848-1923), sociologue et économiste italien, est le père du principe éponyme, également connu sous le nom du « Principe des 80/20 », théorie selon laquelle environ 80 % des effets sont le produit de 20 % des causes. Si ce principe s’appliquait à l’origine à l’économie (et plus précisément à la distribution de richesses), il est devenu universel et peut s’appliquer à la gestion du temps : quelles sont les actions qui offrent les meilleurs résultats ? ou quelles actions me font perdre le plus de temps ?

De son côté Cyril Northcote Parkinson (1909-1993) – qui n’a rien à voir avec le médecin du XVIIIème siècle ayant le premier décrit la maladie qui allait porter son  nom, bien que celle-ci puisse être à l’origine de certains retards…  – considère que « le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement » (source Wikipedia). En d’autres mots, plus on dispose de temps, plus le retard sera conséquent, car à force de prendre son temps, on finit par le perdre, notamment du fait de nombreux impondérables. Imposer un délai ambitieux est donc source de productivité…

Enfin, nous vous proposons un article présentant six conseils tirés du bon sens pour mieux gérer les délais d’un projet : diviser le projet en sous-projets, soigner la composition de l’équipe, communiquer avec toutes les parties prenantes, etc.

Lire l’article

En complément : d’autres conseils d’un professionnel de la gestion de projets informatiques.

A lire sur MyProjectCafe : « Vous n’avez plus de temps... gérez-le ! » et « L’essentiel de la gestion de projets : le planning »

 

© photlook - Fotolia.com

Votre notation : Aucun Moyenne : 3.8 (10 votes)