Fiche de lecture : « Le gène de l’innovateur »

A entreprise innovante, PDG innovant, mais également personnels et processus innovants. Telle pourrait être résumée la thèse du livre récemment publié par Pearson sous la signature de Clayton Christensen, Jeffrey Dyer et Hal Gregersen. Nait-on avec les gènes d’un inventeur ? Quelles sont les spécificités d’une entreprise innovante ? Qu’est-ce qui fait qu’une innovation marque une réelle rupture ? Fiche de lecture sous forme de double hélice.
« L’innovation. C’est l’élément vital de notre économie globalisée et aussi la priorité stratégique de tout PDG. » Les premières lignes de l’ouvrage « Le gène de l’innovateur – Cinq compétences qui font la différence » plantent le décor. Même si « L’innovation est toujours dangereuse » selon le Dictionnaire des idées de reçues de Flaubert, elle est bel et bien devenue le passage obligé de toute entreprise cherchant à préserver ses parts de marché, dans un contexte de morosité économique et de concurrence mondialisée. De fait, « La difficulté n'est pas de comprendre les idées nouvelles, mais d'échapper aux idées anciennes » précise l’économiste britannique John M. Keynes.


L’innovation est l’affaire de tous

Ecrit en 2011 par Clayton Christensen, l’un des papes de l’innovation, inventeur du concept de « l’innovation de rupture », titulaire de la chaire Robert et Jane Cizik à la Harvard Business School ; Jeff Dyer, Professeur à la  Marriott School de Brigham Young University et Professeur adjoint à la Wharton School ; et Hal Gregersen, Professeur de leadership à l'Insead, l’ouvrage s’appuie sur des entretiens avec de célèbres entrepreneurs, dont le sens de l’innovation est souvent cité en exemple : Jeff Bezos (Amazon), Steve Jobs (Apple), Pierre Omidyar (eBay), Marc Benioff (Salesforce.com). Il déroule une thèse originale : si ces créateurs d’entreprise hors normes disposent de manière évidente d’un « gène de l’innovation », les entreprises les plus efficaces en matière d’innovation ne se reposent pas uniquement sur l’extraordinaire talent de leur leader.

D’une part, à tous les niveaux du personnel, depuis les managers jusqu’aux simples employé, règne un esprit d’innovation (un goût prononcé pour la « découverte »). Pour favoriser l’innovation, on réduit les équipes (la célèbre stratégie des équipes à deux pizzas d’Amazon). D’autre part, elles ont développé des processus encourageant leurs salariés à innover (les fameux « Why not ? » de Steve Jobs). Enfin, l’innovation est au cœur de leur philosophie : l’expérimentation est l’affaire de tous et les échecs font partie du processus, voire sont indispensables à la réussite du projet global.

Lire l’article des Echos

En complément : les treize pages d’introduction du livre et un article sur les causes du ralentissement actuel de l’innovation de rupture aux Etats-Unis

A lire sur MyProjectCafe : « Management des projets d’innovation » et « Gestion de projets et innovation »


© peshkova - Fotolia.com

Votre notation : Aucun Moyenne : 4.1 (9 votes)