Echec : passage obligé pour réussir ?

L’échec fait partie de la vie en général et donc des projets d’entreprise en particulier. Certains experts considèrent même qu’il est inhérent au processus de réussite. La différence se jouera au niveau de l’appréhension de l’échec, des leçons tirées pour l’avenir et de la manière de le valoriser.

Winston Churchill a écrit dans ses mémoires : « Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme » et quelques temps plus tard, François Mitterand a ajouté : « La pire erreur n'est pas dans l'échec mais dans l'incapacité de dominer l'échec ». Ainsi, au même titre que l’erreur est humaine, l’échec fait partie de la vie et à fortiori des projets menés par l’entreprise.

Si ses causes sont variées – mauvaise analyse des exigences, absence de sponsor à la Direction générale, pas de justification de la valeur métier du projet, absence de suivi régulier, sous-évaluation du budget, sous-estimation de l’impact des changements provoqués par le projet, absence de compétences dédiées, etc. – on parle rarement des conséquences de l’échec. Au-delà des conséquences directes – report ou abandon du projet, dépassement budgétaire, changements organisationnels, voire pire : remise en cause de l’existence de l’entreprise, elle-même – l’une des principales conséquences indirectes est liée à la capacité de l’entreprise à tirer ou non des enseignements de son échec afin d’améliorer son organisation.

L’auteur de cet article considère d’ailleurs qu’il « n’existe pas d’échec, juste du feed-back ». L’échec est vraiment un échec lorsqu’il ne sert à rien, mais dès lors qu’il vous permet de progresser, il se transforme en opportunité. Ce qui traduit ce que l’on pourrait appeler « la théorie des marches de l’escalier » : chaque marche gravie, en soi, n’apporte rien, mais il est nécessaire de répéter plusieurs fois ce geste apparemment sans valeur pour atteindre le haut de l’escalier.

Lire l’article

En complément : quelques statistiques sur l’échec des projets (en anglais) et une analyse (en anglais) de l’échec du projet de construction – finalement abouti – de l’Opéra de Sidney.

A lire sur MyProjectCafe : « Echec des projets informatiques ou échec de la démarche de gestion de projets ? » et « Les éléments structurels qui font dérailler un projet ».

 

Crédit photo : © Dmitry Vereshchagin - Fotolia.com

Votre notation : Aucun Moyenne : 4.1 (14 votes)