Compassion, empathie, bienveillance… le nouveau vocabulaire du management

Dans un contexte économique morose où la pression de l’immédiateté est devenue la règle, les entreprises cherchent des moyens d’améliorer leur compétitivité et de se différentier de leurs concurrentes. Si l’innovation semble être devenue la panacée, certains domaines sociaux méritent également d’être explorés. C’est par exemple le cas de nouveaux modes de management qui font la part belle à la compassion, l’écoute, la bienveillance ou l’empathie. Décryptage débonnaire et miséricordieux.

Jusqu’alors, il y avait la « main invisible ». Cette théorie développée par Adam Smith (1723-1790) qui expliquait que l’intérêt personnel pouvait contribuer à l’enrichissement et au bien-être de tous : « Tout en ne cherchant que son intérêt personnel, il travaille souvent d’une manière bien plus efficace pour l’intérêt de la société, que s’il avait réellement pour but d’y travailler ». Smith, père des sciences économiques modernes, a également écrit dans un autre ouvrage, que l’homme avait doté de sentiments comme la pitié ou la compassion pour le « bien de l’humanité » et que ceux-ci contribuaient à la survie de l’espèce humaine.

 

La compassion, le retour

Mais il semblait que seule la première théorie avait été mise en pratique dans le monde économique. Jusqu’à ce que des Universitaires – Jane Dutton, Howard Cuttler, Karen Armstrong, Fred Kofman, etc. – remettent la compassion et la bienveillance au goût du jour. Selon eux, ces sentiments sont également essentiels pour la survie de l’entreprise. La compassion est un moteur de motivation et d’implication, et renforce la résilience de l’entreprise, c’est-à-dire sa capacité à se sortir de situations critiques.

 

Généralement informelle, la compassion ne nécessite pas que le management développe une stratégie en bonne et due forme, mais favoriser l’expression des salariés (par exemple via la mise en place d’un réseau social d’entreprise) peut aider à éviter les problèmes. Dans le sillage de Vineet Nayar, le célèbre patron de HCL Technologies, de plus en plus d’entreprises (LinkedIn, Tata, …) ont compris que le bien être des employés conditionnait la réussite de l’entreprise.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

une interview de Jane Dutton dans Libération 

et un article du patron de LinkedIn

 

A lire dans MyprojectCafe :

« Le management par la bienveillance »

et « Le mot du jour : "résilience" ».

 

© apops - Fotolia.com

Votre notation : Aucun Moyenne : 4.5 (6 votes)