Les clés d’un projet web de 1 à 10

Comme tout projet, un projet web fait avant tout appel à des qualités d’organisation. Quelle que soit sa nature (site institutionnel, e-commerce, intranet, blog, portail...), la mise au point d’un cahier des charges clairement jalonné est un des pré requis de la réussite. Voici un exemple de décomposition en 10 étapes.

1.    L’ETUDE PREALABLE ET LE CAHIER DES CHARGES. Pour cette phase, on pourra appliquer la méthode du QQOQCP, qui pose six questions incontournables : Qui (quels visiteurs ?), Quoi (quel contenu ?), Où (quelle vocation : locale ou plus large ?), Quand (quelles échéances jusqu’à la mise en ligne ?), Comment (quelles technologies, hébergement… ?), et Pourquoi (quels objectifs ?).

2.    L’ANALYSE FONCTIONNELLE. Il s’agit de préciser toutes les fonctions que doit remplir le site, par ordre de priorité, ce qui implique d’identifier aussi bien les attentes des visiteurs que les besoins des administrateurs.

3.    LE PROTOTYPE ET LA MAQUETTE DU SITE. Au programme, définition de la charte graphique et maquettage des différents types de page. C’est ici que les compétences d’un webdesigner et d’un ergonome sont précieuses.

4.    L’INFRASTRUCTURE ET L’ENVIRONNEMENT TECHNIQUE. Pour s’y retrouver parmi les offres et technologies disponibles (types de serveurs, solution de paiement en ligne, firewall, hébergement, etc.) il est utile d’avoir recours à un architecte web.

5.    LE DEVELOPPEMENT INFORMATIQUE. A cette étape, le squelette du site, le mode de navigation et ses fonctionnalités spécifiques sont d’abord programmés, puis testés. Il est possible pour cela d’exploiter une solution existante (Drupal, Wordpress, Magento…), de s’appuyer sur le service informatique de sa société, ou encore de solliciter une webagency.

6.    LA PRODUCTION DU CONTENU. Textes, images, vidéos, fichiers téléchargeables… Tout doit être préparé pour la première mise en ligne. Il faut également prévoir les règles et modalités de mise à jour de ce contenu, afin de faire vivre le site dans le temps.

7.    LES TESTS. Il est indispensable de réaliser des tests de façon rigoureuse, même pour le site le plus simple.

8.    LA SECURISATION. La sécurisation des accès, des données et des serveurs du site est devenue un incontournable du projet web.

9.    LA MISE EN LIGNE. Une fois que tout est prêt, la première mise en ligne peut être effectuée. Il est important de déterminer les règles d’exploitation du site, et de penser à activer un outil qui surveillera sa disponibilité.

10.    LE MARKETING ET WEBMARKETING. Référencement, promotion directe auprès du réseau professionnel, mise en ligne de vidéos sur Youtube… Tous les moyens sont bons pour faire connaître un site. Les flux de visiteurs pourront ensuite être analysés, par exemple via google analytics.


Lire l’article

En complément
Les étapes clés pour créer un site web efficacement


A lire sur My Project Café
Le chef de projet digital : chef d’orchestre de la nouvelle économie numérique
Gestion de projets web : maîtriser plusieurs langages
La gestion de projet web : une partie de poker

© style-photography.de - Fotolia.com

Votre notation : Aucun Moyenne : 4.3 (8 votes)